Home / Activités / Résilience climatique en faveur des femmes rizicultrices au sein de CODARIKA dans le marais de Kayumbu

Résilience climatique en faveur des femmes rizicultrices au sein de CODARIKA dans le marais de Kayumbu

La Galope Rwanda (LGR) en partenariat avec l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD) initient les femmes de la Coopérative des Riziculteurs du marais de Kayumbu (CODARIKA) du district administratif de Kamonyi, sud de Kigali, aux bonnes pratiques d’avi-horticulture pour faire résilience aux faits climatiques changeants et lutter contre la pauvreté et toutes ses ramifications dont la malnutrition.

Les femmes bénéficiaires sont d’office, membres de la CODARIKA et chefs de ménages vu l’histoire du Rwanda qui répertorie un génocide sans précédent au début de ce siècle. Ces femmes chefs de ménages  ont de lourdes responsabilités pour nourrir leurs dépendants, les vêtir, les scolariser, … alors qu’elles tirent leurs ressources sur de lopins de terre devenus très acide et curieusement morcelés. La pauvreté en résulte comme première conséquence fâcheuse parce que le sol lui-même est infertile et sujet des érosions à saison pluvieuse. Ces dernières sont favorisées par le relief du pays qui est montagneux avec forte pente dans  certaines régions.

Outre ce fardeau socioéconomique pesant sur ces femmes chefs de ménages, ce sont elles encore qui coupent du bois de chauffage pour la cuisson et effectuent de longues distances en quête d’eau potable des sources. De fois, elles peuvent s’en passer pour utiliser l’eau du marais de Kayumbu aux fins domestiques avec sa nocivité reconnue à la santé surtout que cette eau contient des substances chimiques en provenance des engrais chimiques injectés dans la riziculture (urée, NPK…)

Cette vulnérabilité est perceptible qu’issue de la pauvreté et de la dégradation de l’environnement. A titre illustratif, le bois de chauffage devient de plus en plus rare parce qu’il constitue la seule source d’énergie principale de toute la population rwandaise. Ces femmes chefs de ménages ont plus besoin des cadres bien informés sur le processus de réparation des dommages environnementaux qui ont un impact direct sur le climat. La démarche  consisterait à responsabiliser les populations qui surexploitent les terres arables, coupent les arbres pour en faire le bois de chauffage sans devoir se rendre comptent de leur dégradation et disparition ainsi que leurs conséquences farouches sur le climat ; mais aussi les initier aux meilleures pratiques de conservation, maintien et protection de l’environnement avec résultats escomptés : un meilleur climat favorable à l’agriculture, au bien-être des citoyens et à toutes les espèces de l’écosystème.

L’IFDD  a pris les devants pour assurer une subvention à LGR en vue de pouvoir transformer ces chefs de ménages en meilleures praticiennes aux assises des conditions favorables environnementales en parallèle avec la lutte contre la pauvreté et la réduction sensible de la malnutritions au sein de leurs foyers respectifs.

LGR, en tant qu’une Organisation de la Société Civile (OSC) imprégnée dans la protection de l’environnement et de la nature, se veut responsable dans le plein rôle à jouer pour le rétablissement des climats favorables à l’agriculture et à la survie de toutes les espèces de l’écosystème, où les hommes et les femmes vivent en symbiose avec ces espèces. C’est pourquoi, vu le rôle prépondérant de la femme dans la société rwandaise en occurrence rwandaise,  constitue la première cible pour le changement. Ici l’adage  selon lequel « Eduquer une femme, c’est éduquer toute une nation » trouve son fondement et sa juste valeur !

Par mesures d’actions synergétiques, LGR en partenariat avec CODARIKA, ont consentis de renforcer le niveau socio-économique de ces femmes chefs de ménages en les initiant à développer l’avi-horticulture par l’entremise de l’énergie solaire (énergie renouvelable) en vue de faire réplique aux changements climatiques dont le Rwanda et la planète se heurtent. C’est dans ce sillage que LA GALOPE-RWANDA via CODARIKA a proposé ce projet intitulé : ʺRésilience climatique en faveur des femmes rizicultrices au sein de CODARIKA dans le marais de Kayumbuʺ.

L’option de l’urgence de la protection de l’environnement et par vocation de vouloir créer des assises des conditions climatiques favorables à l’agriculture et au bien-être des citoyens ; LGR sollicite auprès de tous les bailleurs de fonds imprégnés dans le domaine de l’environnement et du climat ainsi que dans la lutte contre la pauvreté de financer ce projet pour son acuité cadrant avec les Objectifs de Développement Durables. Nous saluons, à cet effet,  l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD) qui a pris les devants pour assurer une subvention en vue de l’implémentation de ce projet venu au bon moment.

About Manirambona Olivier

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *